samedi 6 avril 2013

Retour sur le Mythe des Géants

Retour sur le Mythe des Géants

400000-yearold-spears-digg.jpg

Théories sur l'existence historique de géants

Les théories sur l'existence historique de géants sont popularisées par des auteurs de pseudo-science, de pseudohistoire, des théoriciens du complot ou des ufologues. Leur véracité n'est pas démontrée par la science ou l'histoire, mais le thème est évoqué dans la Bible. La théorie de l'évolution ne laisse aucune place à d'éventuels géants humains. Des auteurs affirment toutefois que, loin d'être des créatures légendaires ou mythiques, les géants humains ont bien existé. Des découvertes d'ossements de géants sont périodiquement publiées, apportant de la matière aux tenants de ces thèses, dénoncées comme d'autant de canulars par d'autres.

Les géants dans la Bible

La Bible mentionne l'existence de géants à différentes reprises. Dans la Genèse, il est dit « Et il y avait des géants sur la Terre en ces temps-là (…) ». Le roi David combat également le géant Goliath. La taille présumée du Goliath biblique est d'environ 2,80 m, tandis que Robert Wadlow qui détient le record de l'homme le plus grand ayant existé dans l'histoire moderne mesurait 2,72 m à l'âge de 22 ans.

Dans le Livre des Nombres, il est fait référence aux géants : « nous vîmes des géants, les fils d’Anak… et à nos yeux nous étions devant eux comme des sauterelles ».

Dans le Deutéronome, il est fait référence à l'Og géant, le roi de Basan : « (…) et nous prîmes toutes leurs villes, car Og seul restait, des fils des géants, et voyez, son lit était un lit de fer, et n'est-il pas à Rabbath, chez les enfants d'Ammon, et il était de neuf coudées de long et de quatre de large, des coudées d'homme (…) ». Une coudée était d'environ 45 ou 50 cm. Par conséquent, le lit du roi Og était de 4,5 mètres de long et environ 2 mètres de large

Dans le Livre de Josué, il est fait référence à la « terres des géants ».


Une légende parmi beaucoup d'autres :

adema1.jpg
adema2.jpg

Empreintes et ossements fossiles de géants

xixe siècle


En 1877,
on aurait découvert, à Spring Valley (Nevada) près de la localité d'Eureka, en partie scellés dans du quartzite, les ossements d'une jambe humaine mesurant un mètre du genou à l'extrémité des orteils.

En 1879,
un squelette de 2,95 mètres de haut a été extrait d’un tertre funéraire, à Brewersville (Indiana).
Il avait un collier de mica autour du cou et, à ses pieds, une figurine humaine incrustée de silex.

usa-geant.jpg

En 1890,
L'anthropologue Georges Vacher de Lapouge a déterré le bras et os de la jambe d'un homme de 3,5 mètres de hauteur à Castelnau-le-Lez, France. Les os ont été étudiés à l'Université de Montpellier et a confirmé leur appartenance à l'être humain et de doubler sa taille normale. Ses conclusions ont été publiées dans la revue "La Nature" Vol. 18, Numéro 888. pages 11 et 12.

craniometryskull1902.jpg

En 1894,
Comptes rendus de presse américains parlent de la découverte de gigantesques ossements humains trouvés à Montpellier, France par des ouvriers travaillant sur un réservoir d'eau. Des crânes humains de 71, 79 et 81 centimètres de circonférence ont été signalés parmi des ossements humains qui ont indiqué une race d'hommes de 3 et 4 mètres de haut. Les os auraient été envoyés à l'Académie de Paris.

En 1895,
un géant fossilisé de plus de 3,70 m aurait été découvert par un orpailleur dans le Comté d'Antrim (Irlande). Il est exposé et photographié dans le dépôt de marchandises de la London and North-Western Railway Company's Broad Street, puis à Liverpool et à Manchester. Une photo a été prise lors de l'événement.

geant-anglais.gif
xxe siècle

En 1912,
dans la région du Transvaal de l'est (actuellement Mpumalanga) en Afrique du Sud, une empreinte géante de pied humain pétrifiée aurait été trouvée par le chasseur Stoffel Coetzee, le site est popularisé par le musicien sud-africain et essayiste Michael Tellinger.

En 1925,
de gigantesques empreintes de mains de l'homme ont été trouvés à Glozel, en France. Ces empreintes de mains de 25 cm à 35 cm de long et indiquer les personnes de plus de 3 - 4 mètres de haut. Le musée de Glozel a certaines de ces empreintes de mains.

En 1935,
le géologue Clifford Burdick aurait relevé sur les bords de la Paluxy River (Glen Rose, Texas) des empreintes de géants jouxtant celles de dinosaures.

burdickclifford.jpg

En 1936,
l'anthropologue Ludwig Kohl-Larsen aurait découvert, sur la rive du Lac Eyasi (Tanzanie) des ossements humains géants. Il est connu pour la découverte de la grotte Mumba (Mumba cave). En 1956, il fit paraître un livre sur les mythes Hadzabe, dont certains à propos de géants.

En 1937,
deux paléontologues allemands, Gustav Heinrich Ralph von Koenigswald et Franz Weidenreich, auraient trouvé en Chine plusieurs ossements humains d’une taille étonnante. Weidenreich est l'auteur d'un livre sur le sujet faisant référence au Gigantopithèque, qui est un singe et non un humain. En 1944, Weidenreich fait un exposé sur ces restes de géants à l'American Ethnological Society.

D'après Louis Burkhalter, des outils préhistoriques géants ont été exhumés à Safita en Syrie et dans le sud du Maroc, par le capitaine R. Lafanechere. Les outils syriens pèseraient de 2,5 à 3,5 kg et ceux du Maroc de 4 à plus de 8 kg, ce qui validerait selon lui la théorie de l'existence historique de géants humains. La découverte d'autres outils géants a été mentionnée.

En 1964,
dans une grotte d'Alguetca située près de Manglisi (province de Kvemo Kartli, Géorgie), des archéologues auraient mis au jour des squelettes d’hommes mesurant près de 3 mètres. En 2002, la ville de Dmanisi dans la même province a vu la découverte de vestiges attribués à Homo georgicus, qui n'est pas un géant.

En 1976
Le squelette d'un être humain géant a été découvert près du château "Trezzo d'adda" province de Milan, en Italie. Le squelette a été identifié comme "Rodchis" le fils du roi de Lombardie Poto au viiie siècle. Son squelette était trop grand pour le tombeau de 2 mètres de long, et ses genoux et la tête ont été pliés pour aménager sa taille énorme qui était d'environ 2,5 mètres de haut.

Rex Gilroy, auteur australien, aurait découvert à Mont Victoria, des empreintes fossiles de pieds de géants.

En 2004,
l'équipe de prospection Aramco Exploration team aurait découvert en Arabie Saoudite un squelette humain de proportions extraordinaires qui pourrait se rattacher au peuple Ad cité par le Coran.

Selon le professeur Lee R. Berger de l'Université de Witwatersrand, de nombreux os fossiles montrent que certaines populations de Homo heidelbergensis étaient des "géants" régulièrement de 2,13 m (7 pi) de hauteur et durée de vie en Afrique du Sud entre 0,5 millions et 300.000 ans. Il le confirme dans une interview en 2007.

En 2008,
les os d'un être humain géant auraient été retrouvés dans les gorges de Borjomi, en Géorgie (Caucase). La nouvelle a été rapportée par 1TV, la première chaîne de télévision en Russie. Le géant a été estimé à 2,5 ou 3 mètres de haut. Ses os ont été étudiés par le Dr. Abesalom Vekua, du Musée national Géorgien.
Source : http://projet-civex.com/Articles_projet_civex/Le%20mythe%20des%20geants.php

Document sur découvertes en Géorgie

400000-yearold-spears.jpg

En avril 2010,
Des chercheurs allemands ont découvert de vieilles lance en bois anciennes de 400.000 années sur ce qui semble être un ancien rivage d'un lac. Magnifique terrain de chasse avec des preuves que les ancêtres de l'homme ont systématiquement chassé le gros gibier beaucoup plus tôt qu'on ne le croiyait. Les trois lances, chacun creusé dans le tronc d'un sapin, sont de 6 pieds à plus de 7 pieds de long (2mètres13). Ils ont été retrouvés avec plus de 10.000 ossements d'animaux, principalement des chevaux, dont un grand nombre évidemment massacrés. Qui indique les anciens chasseurs étaient suffisamment organisés pour les chevaux pièges et assez forts pour les tuer en jetant des lances, peut-être en embuscade troupeaux qui se sont présentés pour l'eau. Les analyses et datations ont bien confirmés des dates de 380000 à 400000 ans d'ancienneté pour ces 3 puissantes lances. Il ne s'agit pas de fins javelots mais bien de solides lances dont l'une dépasse les 7.5 pieds (2m30) et ces outils d'hommes très puissants, voir des géants, sont attribués à Homo heidelbergensis par défaut...

" Ce que cela nous dit, c'est que ces gens étaient très sophistiqués, les chasseurs compétents», a déclaré Robin Dennell, professeur de préhistoire à l'université de Sheffield en Angleterre. " Ils étaient parfaitement capables de planification à long terme et de prévoyance." Et " ils doivent avoir été terriblement forts, beaucoup plus forts que moi. Ces lances sont plus longues que je ne le suis. "

Une autre découverte en angleterre fait mention de la découverte d'un rinocéros préhistorique tué par un projectile il y a 500 000 ans ! " The Clacton lance tip suggested that people may have been hunting; the three spears from Schöningen now make it fairly certain that they were not merely scavenger-gatherers. That early man hunted big game is supported by the recent discovery of a fossilized rhinoceros shoulder blade with a projectile wound at Boxgrove, England, dated to 500,000 years ago. "

400000-year-old-7-foot-long-spears.jpg


crane-géant.jpg
crane-géant2.jpg
nohumans.jpg
geant1.jpg
geant2.jpg
geant3.jpg
geant4.jpg
giantteen.jpg
Ce squelette est celui d'un enfant mesurant 1m93, daté de plusieurs milliers d'années par les chinois


Yves Herbo - attention de possibles photos truquées bien sûr, principalement vers le bas - 04-2013

L'expérience AMS mesure un excès d'antimatière dans l'espace


L'expérience AMS mesure un excès d'antimatière dans l'espace
ams-iss.jpg
La Station spatiale internationale. Le détecteur AMS est positionné sur l'un des bras de la station, comme indiqué par la flèche
La collaboration internationale du spectromètre magnétique Alpha AMS, qui implique le CNRS pour la partie française, publie ses tout premiers résultats dans sa quête d'antimatière et de matière noire dans l'espace. Les premières observations, basées sur l'analyse de 25 milliards de particules détectées durant les 18 premiers mois de fonctionnement, révèlent l'existence d'un excès d'antimatière d'origine inconnue dans le flux des rayons cosmiques. Ces résultats pourraient être la manifestation de l'annihilation de particules de matière noire telle qu'elle est décrite par certaines théories de supersymétrie, même si des analyses complémentaires seront nécessaires pour vérifier une telle origine révolutionnaire.
Située à bord de la Station Spatiale Internationale, l'expérience AMS est un détecteur de particules dont le but est l'étude des rayons cosmiques. Les rayons cosmiques sont des particules chargées telles que des protons ou des électrons, qui bombardent en permanence notre planète. Les positons, quant à eux, sont des particules d'antimatière qui ressemblent de très près à des électrons, mais qui s'annihilent avec eux et sont de charge opposée. Les premiers résultats de l'expérience AMS indiquent ainsi avec une précision sans précédent la présence d'un excès de positons dans le flux des rayons cosmiques. Il apparaît que la fraction de positons augmente de façon continue de 10 GeV à 250 GeV. Cette variation ne peut pas être expliquée par la seule production de positons secondaires, c'est-à-dire par ceux résultant uniquement des collisions des noyaux d'hydrogène avec le milieu interstellaire. D'autre part, les données ne montrent pas de variation significative temporelle ou d'inhomogénéité spatiale. Ces résultats ont été obtenus à partir d'un an et demi de données qui ont permis l'enregistrement de 25 milliards de particules incluant 400,000 positons dans des énergies de 0.5 GeV à 350 GeV.
ams-trajectographe.jpgLe trajectographe d'AMS dans la salle propre avec ses plans de capteurs en silicium
et ses modules d'électronique associés
Un tel excès d'antimatière avait déjà été observé par le satellite PAMELA en 2008, puis par le satellite Fermi, à des énergies inférieures. Les données d'AMS dépassent le domaine en énergie précédemment sondé et viennent confirmer avec une précision et une quantité de données sans précédent qui ne laissent plus place au doute quant à l'existence de cet excès de positonsL'origine de ce signal, en revanche, reste inexpliqué. Il pourrait être le fait de pulsars proches de notre galaxie ou être la signature de l'existence de particules de matière noire. Les théories de supersymétrie prédisent en effet l'observation d'un tel excès de positons qui résulterait de l'annihilation de particules de matière noire. De tels modèles prévoient également une "coupure" aux énergies élevées. Plus de données seront nécessaires pour déterminer avec précision la proportion de positons au-dessus de 250 GeV.
La présence de matière noire dans notre univers n'est jusqu'à présent détectée que de manière indirecte au travers de ses effets gravitationnels. Cependant, la nature de cette matière noire reste l'un des plus importants mystères de la physique moderne alors qu'elle compterait pour près d'un quart de l'ensemble de la balance masse-énergie de l'Univers, contre seulement 4 à 5 % pour la matière ordinaire visible. L'une des hypothèses favorites des physiciens est que cette matière noire serait constituée de particules interagissant très peu avec la matière.
ams-aimant.jpgL'aimant supracoducteur d'AMS qui entoure le trajectographe
Les premiers résultats d'AMS sont publiés dans la revue Physical Review Letters. AMS est le fruit d'une large collaboration internationale réunissant près de 600 chercheurs, avec une très importante participation européenne. Le détecteur a été assemblé sur le site français du CERN, l'organisation européenne pour la recherche nucléaire. C'est également là que se trouvera le centre scientifique de traitement des données d'AMS.
SFH 04-2013

vendredi 5 avril 2013

Articles, Podcasts et News SerieViewer du 23-03 au 29-03-2013

Articles, Podcasts et News SerieViewer semaines du 23-03 au 29-03-2013
logo-2.png

(c) SerieViewer

Vous trouverez ici les liens de toutes les News, Articles et Podcasts du Site de l'Association à but non lucratif (pas de transmissions de données personnelles ou non à des entreprises commerciales) SerieViewer, dont je suis membre-fondateur actif. Ces liens seront diffusés par semaine et nous aideront, ainsi que les visiteurs ou chercheurs d'infos à retrouver une news ou autre, sur ce blog, un petit ajout à la fonction Recherche du site SerieViewer (et de son Forum) qui fonctionne très bien.

SerieViewer organise régulièrement des Jeux Concours gratuits pour permettre de gagner des coffrets DVD de séries TV. Pareillement, l'Association ne revend pas de liens à l'extérieur et n'enregistre pas vos adresses ou Emails et aucune inscription au site ou forum n'est obligatoire (mais je vous y incite : en plus la partie Fiches Séries vient d'être ajoutée avec plein de données) : Visitez régulièrement notre page Concours pour tenter votre chance : ICI.

Note : Les liens sont classés par les plus récents en haut, par rubrique. Les liens menant à des articles mis à jour depuis ces dates ne sont plus valables (aller voir la mise à jour sur le site ci-dessus).























ARTICLES : (voir les commentaires sur le site pour les MAJ des Projets Nouveaux)










Yves Herbo SFH 04-2013

Le voyage vers les étoiles pourrait devenir une réalité


Le voyage vers les étoiles pourrait devenir une réalité
hautesvitessesespace.jpg
Photo : EPA
Peut-on accéder aux systèmes non-solaires avec une vitesse plus rapide que celle de la lumière ? Harold White affirme que c’est possible. Avec son équipe à la NASA, il développe un moteur supraluminique (capable de développer une vitesse plus rapide que celle de la lumière) pour des voyages interstellaires. Il faudra seulement deux semaines à un navire de ce type pour arriver au système Alpha du Centaure, qui se trouve à quatre années lumière du Soleil.
Les recherches de White sont une tentative de moderniser le concept développé par le physicien mexicain Miguel Alcubierre en 1994. Le chercheur a proposé de comprimer l'espace devant le vaisseau spatial et de le dilater derrière lui. Pour ce faire, il a proposé de placer le navire dans une « bulle » fabriquée de l’espace courbé. L’engin reste immobile à l’intérieur et c’est l’espace qui défile autour de lui, ce qui permet au vaisseau spatial de se déplacer. L’espace se dilate et se contracte avec une vitesse supérieure à la vitesse de la lumière. Même si cette proposition a suscité une polémique dans le monde scientifique, elle ne contredit pas la théorie de la relativité d'Einstein, car aucun élément de la « bulle » ne se déplace réellement avec une vitesse plus rapide que celle de la lumière.
Pour créer cette « bulle », il faut trouver une substance avec une masse négative, qui, lors de sa désintégration pourrait émettre l’énergie « noire ». Dans les calculs des partisans de la théorie d’ Alcubierre, des valeurs différentes de cette théorie étaient données : l’équivalent de trois masses solaires, ou la masse de Jupiter. Dans ses calculs, Harold White l’a réduite jusqu'à 700 kilogrammes, à condition que la bulle ait une forme non pas de sphère, mais de tore (comme un donut). Le chercheur trouve les premiers résultats encourageants. Son équipe construit avec des lasers un modèle miniature du moteur Alcubierreoù l'espace est déformé avec une proportion d’un dix-millionième.
L’intérêt de la NASA pour cette idée n'a rien d'étrange. L’agence américaine de la défense DARPA finance également des recherches « non-traditionnelles », explique le recteur de l’Académie russe de l’astronautique Andreï Ionine.
« Un des principes de la DARPA, c’est que cette agence privilégie les projets perpendiculaires aux idées scientifiques répandues. Celui qui va à l'encontre des règles actuelles a plus de chances de trouver une solution originale à un problème. Ces recherches qui semblent relever de l’irréel devraient être soutenues et cela est tout à fait logique. L’Etat doit s’en occuper, car les entreprises privées ne sont pas intéressées par ce type de projets généralement ».
Le chef du département de l’institut de Physique Lebedev Oleg Dalkarov suppose que le financement de ces idées ne profite qu'à leurs auteurs et est un gaspillage de fonds.
« Des structures différentes, chez nous aussi, débloquent des fonds pour financer ce type de projets. D’abord, parce que le groupe d’experts qui décide du financement est souvent incompétent en la matière. Ensuite, parce que cela est bénéfique à certaines sociétés d’obtenir un financement public. Au bout d’un certain temps le délai pour lequel le crédit a été donné expirera et le groupe sera dissous. Et plus personne ne reviendra à cette idée ».
Y a-t-il un espoir que le vaisseau soit construit un jour ? Il faut d’abord trouver un moyen d’apprivoiser la masse négative qui est liée à l’éloignement des galaxies et la dilatation de l’Univers. Pour l’instant, les mathématiciens sont prêts à discuter du modèle mathématique et des expériences en laboratoire.
SFH 04-2013

jeudi 4 avril 2013

Les géoglyphes de Chiza au Chili : d'autres découvertes à étudier


Les géoglyphes de Chiza au Chili : d'autres découvertes à étudier
atacamageant.jpg
Les géoglyphes de Chiza sont des séries de figures anthropomorphes et zoomorphiques établies dans les collines de Cuesta de Chiza, région de Tarapacá, Chili. Ils sont situés au milieu du désert d'Atacama, aux abords d'une route au sud d'Arica. Ils ont été créés en utilisant de la roche noire placée dans le sable pour former des figures humaines, des oiseaux et d'autres animaux. Vraisemblablement, ils ont été créés entre les années 500 et 900 après JC. Ils ont été restaurés pendant les années 1980 par l'archéologue Luis Briones. Un certain nombre d'autres pages de Facebook comportent ces glyphes intéressants, dont certains très connus. Les progrès de l'imagerie satellitaire permettent éventuellement d'attirer l'attention sur certains détails de la topographie invisibles du raz du sol, particulièrement quand il s'agit comme ici de grandes figures bien mieux appréciables vues du ciel... à tel point qu'il nous faudra peut-être réviser un jour sur le fait que les anciens indiens d'Amérique auraient bien pu inventer le planeur ou la montgolfière avant l'heure, ou qu'ils avaient vraiment des visiteurs respectés qui venaient du ciel. Après tout, on a bien eu la preuve récemment que, contre toute attente (et manuels scolaires), les hommes d'un Empereur chinois commerçaient déjà avec l'Afrique Noire au début du XV° siècle...
atacama1.jpgatacama2.jpgatacama3.jpgatacama4.jpgatacama5.jpgatacama6.jpgatacama7.jpgatacama8.jpgatacama9.jpgatacama10.jpgatacama11.jpgatacama12.jpgatacama13.jpg
atacama-map.png
petroglifos-hierbas-buenas-big.jpg
cerro-sagrado-big.jpg
chili-san-pedro-de-atacama-lagunes-cejar-geysers-de-tatio.jpg
geoglifos-lluta-big.jpg
atacama-cranes-2600ans.jpg
Ici, le crâne d'un seigneur d'Atacama, en coiffe traditionnelle, daté d'il y a 2600 ans ! Les plus anciennes traces de la présence humaine dans le désert d'Atacama remontent à environ 12000 ans !
Le peuple Atacama, de pacifiques éleveurs et agriculteurs, a prospéré pendant des milliers d'années, avant d'être finalement envahi au 15ème siècle par les Incas, puis au 16ème siècle par les conquistadors espagnols.
atacama-statue-en-or.jpg
Atacama-superbe statue en or
Yves Herbo SFH-04-2013

La cellule vivante et la résonance


La cellule vivante et la résonance
chromosome.jpeg
Dans la continuité parfaite des précédents articles sur les rapports entre la physique quantique, les perceptions et réalités du cerveau vivant (je parle non seulement du cerveau humain mais bel et bien du cerveau du Vivant (animal, végétal, bactérial...) auquel il appartient), voici un documentaire très intéressant montrant la cellule vivante sous un nouvel éclairage. Capable de capter et d'émettre des ondes électromagnétiques artificielles et naturelles, elle se comporte comme un véritable circuit électronique. Dans un monde où les ondes sont omniprésentes, ce film va à la rencontre d'experts et de chercheurs qui nous présentent leurs travaux et nous offrent des clefs de compréhension inédites sur les effets des ondes sur le vivant. Tout ceci concourt encore et toujours à ma propre perception d'une autre réalité plus immense dans laquelle cette petite vie en fait très courte et prévisible n'est qu'un tout petit pion d'un puzzle englobant plus de réalités et de significations... :


Yves Herbo SFH-04-2013