mercredi 18 novembre 2015

Suspension provisoire des publications

Suspension provisoire des publications



Poignee de main coeur 1



Suspension provisoire des Publications et Mises à Jour. Pour cause de manque de moyens financiers et d'escroquerie immobilière, la newsletter a été arrêtée récemment et mes deux sites sont suspendus jusqu'à nouvel ordre en attente d'une solution viable. Désolé de cet inconvénient et merci aux rares personnes qui ont fait des dons pour aider à la continuité de ce travail de recherches, traductions et compilations de données en libre accès, pour la culture commune.


Yves Herbo, webmaster, auteur et écrivain, 16-11-2015

PS : Je vous remercie tous pour les commentaires sympas sur mon profil de facebook aussi. Le déménagement approche et je suis un peu trop isolé pour faire cartons et nettoyage ! Le temps passe trop vite aussi et je me suis blessé au pied histoire d'arranger les choses !

Mais ça avance. Par contre, je vais avoir besoin d'un petit mouvement de solidarité tant ici au Plessis-Robinson que dans l'Allier pour la manutention de meubles et cartons !
Que les Parisiens qui souhaitent aider bénévolement et par amitié et en profiter pour me rencontrer avant mon départ de la région viennent (2-4 personnes suffiraient en plus de ceux qui sont prévus) le samedi 19 décembre 2015 vers 9 H du matin au 1 Allée des marronniers (appeler quand vous arrivez pour le code d'entrée de la grille) 92350 Le Plessis-Robinson

Que les Bourbonnais ou Alliérins ou Elavérins qui souhaiteraient m'accueillir, m'aider bénévolement et me rencontrer viennent à partir de 15 H - 15 H 30 le même jour (19-12-2015) à HLM de l'Olive, Batiment C1, Rue des Touriers, 03290 Dompierre sur Besbre... dans les deux cas, vous pouvez appeler sur le portable donné sur mes sites internet : 06-62-61-10-53 si vous avez du mal à trouver. Merci d'avance à tous.

Des gènes rares trouvés dans une momie Inca

Une momie d'un enfant Inca révèle l'histoire génétique perdue de l'Amérique du Sud



Monte aconcagua mini

l'Aconcagua en Argentine



C'est en 1985, que des randonneurs escaladant la montagne de l'Aconcagua en Argentine (qui est le point culminant de toute la cordillère des Andes avec 6962 mètres d'altitude), avaient trébuché sur une surprise horrible: le cadavre congelé d'un garçon de 7 ans. Il était évident qu'il avait été là pendant une très longue période, de sorte que les randonneurs ont prévenu les archéologues, qui ont examiné attentivement le corps. Ils ont déterminé que le garçon de l'Aconcagua, comme il a été appelé depuis, a été sacrifié dans le cadre d'un rituel inca, il y a plus de 500 ans et avait été naturellement momifié par le froid sec de l'environnement de la montagne. Il y a quelques jours, une nouvelle analyse de l'ADN mitochondrial du garçon de l'Aconcagua révèle qu'il appartenait tout à fait à une population indigène de Sud-Américains, mais qui a disparue juste après la conquête espagnole du Nouveau Monde...

Le garçon est mort sur l'Aconcagua dans le cadre d'un rituel de sacrifice d'enfants incas appelé capacocha. Des enfants et adolescents ont été emmené sur la cime des hauts sommets et on les a laissés mourir de froid ou tués sur le coup; ce garçon a probablement été exécuté sur l'Aconcagua d'un coup sur la tête. Plusieurs momies du rituel Capacocha ont été trouvées sur les montagnes éparpillées sur tout le territoire de l'Inca, mais le garçon de l'Aconcagua est "l'un des mieux conservés", explique Antonio Salas, spécialiste de la génétique humaine à l'Université de Santiago de Compostela en Espagne et un des auteurs de la nouvelle étude. Le garçon est mort à 5.300 mètres au-dessus du niveau de la mer dans "l'un des climats les plus secs qui existent", explique Salas. Cela a donné de l'espoir que la momie pourrait encore contenir des traces d'ADN.



Aconcagua argentine

C'était le cas. Salas et son équipe ont extrait les 37 gènes mitochondriaux complets du génome compris dans la momie, transmis uniquement par la mère -de l'un de ses poumons. Échantillonner un organe interne était un bon choix pour minimiser le risque de contamination, dit Bastien Llamas, un généticien à l'Université d'Adélaïde en Australie, qui étudie les populations anciennes d'Amérique du Sud. " Dans les années qui ont suivi la découverte de la momie, vous assumez que personne n'a touché le poumon de ses propres mains, donc qu'il n'y a pas de contamination par les gens qui ont travaillé sur elle ", dit Llamas, qui n'a pas participé à l'étude . Mais pour être sûr que sa propre équipe de recherche n'a pas contaminé la trouvaille avec son ADN, Salas a génotypé chacun d'entre eux.

Lorsque Salas a séquencé l'ADN mitochondrial du garçon de l'Aconcagua, il est rapidement devenu clair que ses efforts étaient récompensés. La momie avait un génome différent de tout ce que Salas avait jamais vu. Le type de variations génétiques du garçon l'a placé dans une population appelée C1b, une lignée commune en Méso-Amérique et dans les Andes dont toutes les datations mènent vers les premiers établissements paléoindiens, il y a plus de 18.000 ans. Mais C1b en lui-même est très diversifié, puisque ses membres sont répartis dans toute l'Amérique centrale et du Sud, de petits groupes se sont isolés les uns des autres et ont commencé à développer leurs propres variations génétiques particulières. En conséquence, de nombreux sous-groupes C1b contiennent des génomes génétiquement distincts. Le génome du garçon de l'Aconcagua ne rentre pas dans l'un d'eux. Au lieu de cela, il appartenait à une population indigène de Sud-Américains qui n'a jamais été identifiée. Salas et son équipe ont surnommé ce groupe génétique C1bi, dont ils disent qu'il a probablement surgi dans les Andes il y a environ 14.000 ans. Ils détaillent leurs résultats aujourd'hui dans "Scientific Reports".



IncamummyLa 

momie naturelle de l'enfant inca découverte (elle a plus de 500 ans).

Lorsque Salas a passé au peigne fin les bases de données génétiques, anciens et modernes, il a trouvé seulement quatre individus de plus qui semblent appartenir au C1bi. Trois sont des gens d'aujourd'hui du Pérou et de la Bolivie, tandis qu'un autre échantillon provient d'un individu identifié (YH : à priori mais unique), comme faisant parti de l'ancien empire Wari, qui a prospéré  entre les siècles 6 et 1000 et qui a précédé l'Inca au Pérou. De toute évidence, C1bi est extrêmement rare aujourd'hui, mais le fait qu'il a maintenant surgi dans deux échantillons d'ADN anciens (celui de l'enfant est maintenant le deuxième) suggère qu'il aurait pu être plus commun dans le passé, dit Andrés Moreno-Estrada, un généticien des populations qui étudie les Amériques chez le Laboratoire National de génomique pour la biodiversité du Mexique,  à Irapuato, et qui n'a pas été impliqué dans les travaux en cours. " Si vous découvrez un ou deux individus, quelles sont les chances que vous tombiez sur le type rare ? " Dit-il. " Très probablement, vous tombez sur le gars commun ".

Llamas n'est pas surpris qu'un groupe génétique pré-colombien potentiellement commun parmis tous les autres, ait disparu après l'arrivée des Espagnols. " Jusqu'à 90% des Sud-Américains indigènes sont morts très rapidement après la conquête, la plupart de maladie épidémique ", dit-il. " Vous pouvez imaginer que beaucoup de diversité génétique ait été ainsi perdue ". " Surtout dans les Amériques, où un tel effondrement démographique extrême a été suivi par des siècles de mélanges avec des européens, des amérindiens, et des groupes africains, les gènes des personnes vivantes ne sont pas toujours une représentation fidèle de ce qui est arrivé dans le passé ", explique Salas. " Le génome du garçon d'Aconcagua, d'autre part, est juste une fenêtre d'il y a 500 ans environ ".



Monte aconcagua


C'est comme si " l'Inca avait mis des échantillons génétiques au congélateur pour nous ", reconnaît Andrew Wilson, un archéologue à l'Université de Bradford au Royaume-Uni, qui étudie les momies du Capacocha et qui n'a pas été impliqué dans les travaux en cours. Salas n'a pas l'intention de perdre l'occasion. Il travaille déjà sur le génome nucléaire complet du garçon de l'Aconcagua, qui serait encore plus informatif sur son arbre de famille et avec son propre patrimoine génétique unique. Il espère également séquencer l'ADN de tous les microbes conservés dans l'intestin de la momie, y compris son microbiome et les germes infectieux dont il pourrait être porteur. Cela pourrait aider les scientifiques à comprendre comment les micro-organismes - tant ceux qui nous font du mal que ceux qui nous aident - ont évolué au fil du temps. Wilson espère que des études similaires puissent être faites sur d'autres momies du Capacocha. " Elles sont certainement des messagers remarquables du passé ".



Source : http://news.sciencemag.org/archaeology/2015/11/inca-child-mummy-reveals-lost-genetic-history-south-america



Yves Herbo Traductions, Sciences, Fictions, Histoires.com, 14 et 15-11-2015

dimanche 15 novembre 2015

France : quand des anglaises voient des spectres

France : quand des anglaises voient des spectres



The french pavilion in the gardens of the petit trianon and marie antoinette

Le petit pavillon du jardin français du Petit Trianon et Marie-Antoinette

Le petit Palais du Petit Trianon, situé dans le parc du château de Versailles, à une quinzaine de kilomètres de Paris, fut construit par le célèbre architecte Ange-Jacques Gabriel (qui fit aussi entre autres la Place de la Concorde et l'Ecole Militaire) pendant les an­nées 1760 pour le roi Louis XV, qui le destinait à sa favorite, Mme de Pompadour, qui décéda avant l'achèvement de son cadeau. Le Roi l'of­frit donc à sa nouvelle maîtresse, Madame du Barry. Par la suite, il devint l'une des résidences fa­vorites de l'infortunée Marie-Antoinette, l'épouse de Louis XVI exécutée pendant la Révolution française.



Petit trianon

Le petit Trianon


Des années plus tard, le 10 août 1901, le Petit Trianon reçut la visite de deux touristes anglaises, Miss Charlotte Moberly, direc­trice d'un collège de jeunes filles d'Ox­ford, 55 ans, et Miss Eleanor Jourdain, son ad­jointe, 33 ans - deux femmes d'une grande intelligence jouissant d'une excellente ré­putation,  filles de ministres anglicans renommés, les deux dames n’étaient guère portées sur l’occultisme et le fantastique. Elles voulaient, disaient-elles, garder intacte la foi inculquée par leurs pères.. Pendant qu'elles parcouraient ses jardins, elles y virent des gens et des aménagements qui, sur le moment, leur parurent réels quoique étranges, mais qui, par la suite, se révélèrent ne pas appartenir du tout au début du XXe siècle. Après avoir parcouru les salles du château, elles décidèrent de visiter les deux Trianon. « Elles sortirent du château par le passage habituel qui, à droite de la Cour de Marbre, mène au parc ; elles traversèrent le parterre d’eau, descendirent les marches du bassin de Latone ; elles longèrent le tapis vert et, suivant l’allée transversale qui part du bassin d’Apollon, elles tournèrent ensuite à gauche, empruntant l’allée qui passe sous le petit pont, laissant sur leur droite l’ancien Corps de Garde et l’enclos des Glacières. Elles pénétrèrent ainsi dans le domaine de la Reine par une porte voisine de la Maison du Jardinier. » (Guide de Versailles mystérieux, p. 275). 


C'était une chaude journée d'août, et, selon le récit de Miss Jourdain, les deux visiteuses se diri­geaient vers le Petit Trianon lorsqu'elles prirent une allée latérale après avoir de­mandé leur chemin à deux hommes bizarrement vêtus de costumes verts et de tri­cornes. Miss Jourdain éprouva alors « une sensation d'abattement et de grande solitude » et commença à se sentir dans un « état de rêverie » très oppressant, comme si elle avait marché dans son sommeil. Les deux femmes aperçurent un bâtiment en face d'elles, sur les marches duquel était assis un homme portant une lourde cape sur les épaules et un grand chapeau ra­battu. « A cet instant, écrivit Miss Jour­dain, l'impression d'étrangeté que nous avions ressentie dans le jardin se trans­forma en un profond malaise, comme de­vant une chose mystérieuse et effrayante. L'homme tourna lentement la tête, mon­trant un visage au teint très sombre, mar­qué par la petite vérole. Son expression était sinistre, et même s'il ne nous apparut pas qu'elle nous était spécialement desti­née, j'eus beaucoup de répugnance à pas­ser devant lui. »


Effrayées, les deux Anglaises se retournèrent pour prendre la fuite. C’est alors qu’elles aperçurent un jeune homme semblant sortir de derrière un rocher. De par son allure, elles en déduisirent qu’il s’agissait d’un gentilhomme. Et, de fait, ce dernier, fort galamment, les mit en garde : « Mesdames ! Mesdames ! Il ne faut pas passer par là ! Par ici… Cherchez la maison », leur lança-t-il. Etrangement, ses pas firent, l’espace d’un instant, résonner le sol de l’allée déserte.


Passablement décontenancées, nos deux touristes suivirent le chemin indiqué par leur sauveur, empruntèrent un pont rustique qui enjambait le ruisseau et débouchèrent sur une prairie entourée de petites maisons. De là, elles parvinrent par le côté nord au Petit Trianon. C’est là que, sur une terrasse, elles virent une dame qui, tournant le dos aux visiteuses, semblait dessiner. Elle était blonde et portait un chapeau de paille, de même qu’une robe claire et légère. Au passage des deux Anglaises, déterminées à s’éloigner au plus vite de cette mystérieuse apparition, la dame au chapeau de paille leva la tête et les dévisagea. S’éloignant de celle-ci et évitant de lui adresser la parole, les deux visiteuses longèrent une terrasse et se retrouvèrent en surplomb de la cour d’honneur du Petit Trianon. Là, un étrange sentiment de tristesse les submergea à nouveau, et ce alors même qu’elles se sentaient entourées de « présences invisibles ».


Surgit alors un jeune homme aux allures de valet de pied, mais ne portant aucune livrée. En souriant, il dit aux deux dames d’entrer par la cour d’honneur et leur indiqua la bonne direction. Les deux Anglaises traversèrent le jardin français en sa compagnie, puis, ayant franchi une petite porte située à l’extrémité des Communs et permettant de passer du Jardin français à l’avenue des Deux Trianon, elles rejoignirent enfin le chemin qu’elles auraient dû suivre dès le début de leur curieuse promenade. Au moment précis où elles débouchèrent sur l’avenue, le sentiment de tristesse et d’angoisse qui n’avait cessé de les tourmenter, s’évanouit. Et les deux visiteuses eurent soudain l’impression d’avoir quitté un monde parallèle pour retrouver celui, bien tangible, de 1901, devant le Petit Trianon, à côté d’un groupe de promeneurs tout ce qu’il y a de vivants


Miss Moberly et Miss Jourdain regagnèrent Paris, mais n’osèrent évoquer leur incroyable voyage qu’une fois rentrée en Angleterre. Elles admirent l’une et l’autre avoir eu l’impression d’avoir vécu une étrange expérience et conclurent en bonnes citoyennes anglaises que Trianon devait être hanté ! Pour elles, c’était évident : elles avaient vécu une expérience spatio-temporelle qui, l’espace d’un moment, avait fait se confondre le début du 20e siècle et la fin du 18e siècle. Toutefois, leurs observations différaient sensiblement : l’une avait vu la femme au chapeau de paille, mais pas l’autre, celle-ci avait vu la femme et la jeune fille vêtues de fichus blanc, mais pas celle-là. Aussi convinrent-elles de consigner par écrit, mais séparément, tout ce qu’elles avaient vu et entendu au Petit Trianon. Les deux récits, rédigés en 1901, sont conservés à la Bodleian Library. Ces récits furent publiés 10 ans plus tard sous le titre " Une Aventure". En définitive, à l’exception des deux observations précitées, toutes les autres concordent.



Petit trianon moulin sallemars chateau

Le Moulin du Hameau de la Reine et le Salon de Mars au chateau de Versailles



DANS LE JARDIN CHINOIS



Elles pensaient que les scènes auxquelles elles avaient assisté da­taient du temps de Marie-Antoinette. Une analyse détaillée des plans et des photos du parc montra cependant qu'elles y avaient vu huit aménagements qui ne s'y trou­vaient ni en 1901 ni sous le règne de Ma­rie-Antoinette, mais qui dataient d'une époque précédente. Les personnages qu'elles avaient croisés ne purent jamais être identifiés, mais elles avaient apparem­ment vu le « jardin anglo-chinois » tel qu'il existait en 1770.


Des sceptiques ont suggéré que les deux femmes auraient pris pour des spectres du passé le comte Robert de Montesquieu et ses amis donnant un bal costumé dans les jardins au moment de leur visite. Mais Miss Moberly et Miss Jourdain n'étaient pas stupides, et qu'elles aient pu être trom­pées par une mascarade semble très im­probable. Par ailleurs, cette « explication » ne tient pas compte du fait que les visi­teuses ont vu le jardin tel qu'il était au XVIIIe siècle, ni des mésaventures sem­blables qui sont advenues à d'autres per­sonnes, dans la même partie du parc, en 1910, 1938, 1949 et 1955, Eleanor Jour­dain a également affirmé avoir eu des vi­sions du passé à Oxford, en particulier celle d'une foule joyeuse, qui chantait et dansait en conduisant un condamné à mort à la potence.


Léon Rey, archiviste paléographe, et Pierre de Nolhac, spécialiste de Versailles, s’intéressèrent aussi à l’aventure des nos deux Miss. On reconnut bientôt, dans telle construction décrite par elles, le Jeu de Bague, un « kiosque de caractère chinois » effectivement construit à proximité du Petit Trianon, à la demande de Marie-Antoinette et achevé en août 1776.


D’autres témoins vinrent ensuite corroborer les dires des deux touristes Ainsi, la famille américaine Crooke, demeurant à Versailles, affirma avoir aperçu, à deux reprises, en 1908, un personnage semblant correspondre à la description de Marie-Antoinette, et avoir ressenti le même sentiment d’irréalité que les deux Anglaises. M. Crooke avait aussi aperçu un homme en costume du 18e siècle, portant un tricorne, et un autre jour, il entendit également jouer d’anciennes mélodies. Rappelons toutefois que les Crooke témoignèrent de tout cela en 1914, trois ans après la publication de An Adventure…En 1928, deux autres Anglaises affirmèrent avoir été également témoins de « manifestations étranges » au Petit Trianon. Il en fut semble-t-il de même, en 1955, pour un avoué Londonien et sa femme. Le peintre René Kuder (1882-1962) affirma quant à lui avoir aperçu Marie-Antoinette, sans tête ( !), pendant qu’il prenait des croquis à l’intérieur du Petit Trianon ! 




Des expériences du même genre ont été signalées en d'autres lieux. En 1916, par exemple, l'écrivain Edith Olivier, passant un soir de pluie près des mégalithes d'Avebury, dans le Wiltshire, y vit une foire bat­tant son plein, avec des stands de tir et des balançoires, éclairée par des torches et des feux d'artifice. Ce ne fut que plus tard qu'elle apprit qu'aucune foire ne s'était plus tenue à Avebury depuis 1850, et que certaines des pierres dressées qu'elle avait remarquées n'étaient plus visibles depuis au moins cinquante ans.

LES ECHOS DE DIEPPE



Plus récemment, en 1951, une expérience du même ordre, mais nettement plus im­pressionnante, a été vécue par deux autres Anglaises venues passer leurs vacances d'été à Puys, un petit village côtier proche de Dieppe. Le 4 août 1951, vers 4 heures du matin, les deux belles-sœurs furent réveillées par une terrifiante canonnade, et pendant trois heures d'affilée elles perçurent distincte­ment les bruits d'une sanglante bataille - celle qui s'était déroulée neuf ans aupara­vant sur les plages de Dieppe, aux mêmes heures de la journée, le 19 août 1942. Elles entendirent le sifflement des bombardiers en piqué et les hurlements des blessés. De puissants bruits de moteurs retentirent à 5 h 07, à l'heure précise où les engins de débarquement avaient atteint la plage de Puys. A 5 h 40, au moment où le bombardement naval avait cessé, un silence se fit dix mi­nutes plus tard, les femmes entendirent de nouveau des avions - à l'heure où étaient ar­rivés les renforts alliés.



Raiddedieppe

après le Raid de Dieppe


Avec le recul du temps, le raid de Dieppe a été considéré comme une répétition in­dispensable du Jour J, sans laquelle le dé­barquement de juin 1944 n'aurait jamais pu réussir. Mais en elle-même, l'expédition fut un échec sanglant, au cours duquel furent tués ou blessés plus de la moitié des sol­dats britanniques et canadiens engagés dans l'assaut. Cette accumulation de souf­frances a-t-elle laissé une trace dans l'at­mosphère au lieu où s'est déroulé le drame ? Les deux femmes avaient certes lu des récits de la bataille, mais qu'elles aient pu inventer leur histoire en fournissant des détails aussi précis ne semble guère vrai­semblable. La Société de recherche psy­chique, qui a étudié le cas, a conclu qu'il s'agissait d'une « authentique expérience psychique ».



Sources : Guide de Versailles mystérieux, Les Guides Noirs – Tchou Editeur, p. 267-284 / Les Fantômes du Trianon - Le grand livre du surnaturel, Richard Cavendish, p. 12-13, Sur Dieppe, plus complet ici : http://mystere-et-insolite.lo.gs/les-fantomes-de-la-royal-navy-a93393063



Yves Herbo, Sciences, Fictions, Histoires.com, 12,15-11-2015