Des crânes de Denisoviens enfin découverts ?

Des crânes de Denisoviens enfin découverts ?

Chine cranes2 mini


Depuis leur découverte en 2010, des hominidés éteints de l'ère glaciaire appelés Denisoviens ne sont connus que par des morceaux d'ADN, prélevés sur un morceau d'os de la Grotte Denisova en Sibérie, Russie. Maintenant, deux crânes partiels de l'est de la Chine sont en train d'émerger comme les principaux candidats pour montrer à quoi ces gens mystérieux pourraient bien avoir ressemblé...

Dans un article publié en mars 2017 dans Science, une équipe d'archéologues présente des fossiles de 105 000 à 125 000 ans qu'ils appellent «Homo archaïque». Ils notent que les os pourraient être un nouveau type d'humain ou une variante orientale des néandertaliens. Mais bien que l'équipe évite le mot, «tout le monde se demandera si ce ne sont pas les Denisoviens», qui sont des cousins ​​proches des Néandertaliens, dit le paléoanthropologue Chris Stringer du Natural History Museum de Londres.





Les nouveaux crânes correspondent «certainement» à ce que l'on attend d'un Denisovien, ajoute la paléoanthropologiste María Martinón-Torres du University College de Londres - «quelque chose avec une saveur asiatique mais étroitement liée aux néandertaliens». Mais parce que les chercheurs n'ont pas encore extrait l'ADN des crânes ," la possibilité reste une spéculation ".

C'est en décembre 2007 que l'archéologue Zhan-Yang Li de l'Institut de paléontologie des vertébrés et de paléoanthropologie de Pékin (IVPP) terminait sa campagne dans le village de Lingjing, près de la ville de Xuchang, dans la province du Henan en Chine (à environ 4000 kilomètres de la caverne de Denisova), quand il a repéré quelques beaux outils en pierre de quartz s'érodant au-dessus des sédiments. Il avait prolongé la saison de fouilles pour deux jours de plus afin de les extraire. Le dernier matin, son équipe avait découvert un morceau jaune d'une calotte arrondie dépassant du plancher boueux de la fosse, dans la même couche où il avait trouvé les outils.



Crane chine1

Z. Li et al., Science 355, 6328 (3 March 2017) 

L'équipe est retournée pendant encore six saisons et a réussi à trouver 45 fossiles supplémentaires qui s'emboîtaient pour former deux cranes partiels. Les crânes ne possèdaient ni visages et ni mâchoires. Mais ils comprennaient assez de pièces non déformées pour que l'équipe puisse noter une ressemblance proche des néandertaliens. Un crâne avec un énorme volume cérébral de 1800 centimètres cubes - à l'extrémité supérieure ancienne tant pour les néandertaliens que pour les hommes modernes - plus un creux de type Neandertal dans un os à l'arrière de son crâne. Les deux crânes ont des crêtes de front proéminentes (ou arcades sourcilières) et des os d'oreille interne qui ressemblent à ceux des néandertaliens, mais qui sont distincts de notre propre espèce, l'Homo sapiens.



Chine crane

Z. Li et al., Science 355, 6328 (3 March 2017)


Cependant, les cranes diffèrent également des Neandertals occidentaux d'Europe et du Moyen-Orient. Ils ont des arcades sourcilières plus minces et des os du crâne moins robustes, semblables aux premiers humains modernes et à quelques autres fossiles asiatiques. «Ce ne sont pas des néandertaliens au sens plein», dit Erik Trinkaus, un paléoanthropologue de l'université Washington à St. Louis dans le Missouri.

Les nouveaux fossiles ne sont pas non plus des représentants tardifs d'autres êtres archaïques tels que Homo erectus ou Homo heidelbergensis, deux espèces ancestrales des Néandertaliens et des humains modernes. Les crânes sont trop légèrement construits et leurs cerveaux sont trop grands, selon la publication.

" Les crânes partagent des traits avec d'autres fossiles en Asie de l'Est datant de 600.000 à 100.000 ans qui défient également une classification facile ", dit le paléoanthropologue Rick Potts du musée national Smithsonian d'histoire naturelle à Washington, DC. Ces caractéristiques incluent une base crânienne large où le crâne se trouve au sommet de la colonne vertébrale et un plateau plat bas le long du haut du crâne. Le crâne de Lingjing ressemble également à un autre crâne humain ancien datant de 100 000 ans trouvé à Xujiayao dans le bassin Nihewan de la Chine, à 850 kilomètres au nord, selon le co-auteur Xiu-Jie Wu, un paléoanthropologue à l'IVPP.



Chine cranes2

Les fossiles et la reconstruction des deux cranes et le lieu du site de fouille derrière. Credit: Xiujie Wu.


Wu pense que ces fossiles et les nouveaux crânes « sont une sorte d'inconnu ou un nouvel humain archaïque qui a vécu en Asie de l'Est il y a 100.000 ans ». En se basant sur des similitudes avec d'autres fossiles asiatiques, elle et ses collègues pensent que les nouveaux crânes représentent les membres régionaux d'une population en Asie de l'Est qui a transmis ses traits locaux à travers les générations dans ce que les chercheurs appellent la continuité régionale. Dans le même temps, les ressemblances avec les Néandertaliens et les humains modernes suggèrent que ces Asiatiques archaïques se sont mélangés au moins à des niveaux bas avec d'autres peuples archaïques.

Pour les autres experts, les Denisoviens correspondent à cette description: ils sont à peu près datés d'environ 100 000 à 50 000 ans, et leur ADN montre qu'après des centaines de milliers d'années d'isolement, ils se sont mélangés à la fois avec les néandertaliens et les premiers humains modernes. « C'est exactement ce que l'ADN nous dit quand on essaie de donner un sens aux découvertes de Denisova », dit le paléoanthropologue Jean-Jacques Hublin de l'Institut Max Planck pour l'anthropologie évolutive à Leipzig, en Allemagne. " Ces fossiles chinois sont au bon endroit au bon moment, avec les bonnes caractéristiques ".

Denisova grotte

La Grotte Denisova en Sibérie, Russie


Mais Wu et Trinkaus disent qu'ils ne peuvent pas mettre des fossiles dans un groupe défini seulement par l'ADN. « Je n'ai aucune idée de ce qu'est un Denisovien », dit Trinkaus. " Ni l'un ni l'autre. C'est une séquence d'ADN ".

La seule façon d'identifier véritablement un Denisovien est avec l'ADN. La paléogénéticienne de l'IVPP Qiaomei Fu dit qu'elle a essayé d'extraire l'ADN de trois morceaux des fossiles de Xuchang, mais sans succès.

Indépendamment de l'identité précise des nouveaux crânes, " la Chine réécrit l'histoire de l'évolution humaine ", dit Martinón-Torres. " Je trouve cela extrêmement passionnant ! ".

China cave map

La Grotte Denisova et le lieu du site des découvertes des deux cranes en Chine


Une chose est certaine d'après cette publication dans Science, c'est que les crânes en question ont la particularité de ne correspondre à aucun des fossiles actuellement connus des espèces humaines archaïques de cette région de l'Asie. Pour savoir si ces crânes sont bien ceux de Denisoviens, des analyses supplémentaires, des tests génétiques ou encore la découverte d’autres fossiles vont être nécessaires. L'autre certitude qu’ont les archéologues est que les crânes retrouvés sont très différents de ceux de leurs proches cousins éventuels (de part les datations), l’Homme de Néanderthal, puisque l'Homme Moderne, même s'il existait déjà il y a 100.000 ans, n'était pas encore supposé être sorti d'Afrique... Toutefois, cette caractéristique peut être due à une adaptation régionale ou encore à une espèce d’hominidés encore inconnue qui aurait vécu en Asie...

En fait, si on lit certains autres chercheurs, ce genre de découvertes (ajoutées à celles faites en Géorgie de 5 crânes d'hominidés assez différents ou encore à celles faites avec l'Homme de Java et l'Homme de Florès en Indonésie, sans parler de l'Homme de Pékin) pourraient de plus en plus remettre en question la sortie de l'Homme Moderne d'Afrique : L'Homme Moderne serait en fait apparu dans plusieurs endroits d'Asie, d'Europe et d'Afrique, ayant évolué de tous ces Homo Archaïques que l'ont découvre, et qui remontent pour certains à 1 million d'années...



Georgie 5hominides

Les 5 cranes d'hominidés différents découverts, à Dmanisi en Géorgie, dont un daté de 1,8 millions d'années. Remarquez celui très allongé en avant-dernier. National museum in Tbilisi, Georgia


En effet, Xuchang 1 est le plus complet des deux crânes partiels, et est également remarquable par sa taille. Sans aucun morceau de la nuque associé au crâne, les chercheurs ne peuvent pas estimer la taille de l'individu, mais même s'il était très probablement grand, il montre une "encéphalisation marquée», selon la publication scientifique, ce qui signifie qu'il avait un gros cerveau, un trait moderne. Xuchang 2, bien que pas aussi grand, semble avoir eu une taille moderne en ce qui concerne également sa cavité cranienne.

D'autres traits que la paire partage avec les premiers humains modernes incluent une voûte crânienne plus légèrement construite (où le cerveau s'assoit) et les arcades sourcilières qui sont moins prononcées que d'autres humains, y compris les Néandertaliens. D'autre part, Xuchang 1 et 2 ont quelques traits observés chez les humains plus archaïques de l'est de l'Eurasie, notamment une boite cranière qui est faible et large.

Et pour garder les choses intéressantes, les formes de l'arrière des crânes de Xuchang, et le labyrinthe osseux de l'oreille interne des deux spécimens, sont distinctement Néanderthal. La combinaison de vieux, nouveaux et de pro-néander n'a jamais été vu dans un seul individu auparavant.

Il n'est pas encore clair de ce que ce trait unique, une espèce de " pot pourri", signifie pour la plus grande image de l'évolution humaine. Il ne peut, cependant, jeter une clé de plus au singe de la vieille école "Out of Africa", la ​​croyance que notre espèce a fait tout son évolution sur ce continent, avant de mettre le pied sur d'autres continents. Au lieu de cela, Xuchang 1 et 2 semblent renforcer le modèle de la continuité régionale, qui suggère que les humains modernes ont évolué régionalement, à partir d'un ou plusieurs humains archaïques...

Mais même si vous allez complètement sur l'idée de la continuité régionale, cependant, cela n'explique toujours pas pourquoi les fossiles chinois ont distinctement des traits néandertaliens alors qu'aucun Neandertal n'a pour l'instant jamais été trouvé à l'est de la Sibérie...



Références : http://science.sciencemag.org/content/355/6328/969

http://www.sciencemag.org/news/2017/03/ancient-skulls-may-belong-elusive-humans-called-denisovans

http://www.iflscience.com/editors-blog/two-fossil-skulls-discovered-in-china-may-have-belonged-to-mysterious-denisovans/

http://blogs.discovermagazine.com/deadthings/2017/03/02/human-skull-fossils-from-china-have-surprising-traits/#.WMVx9YE1_cs






Yves Herbo et Traductions, Sciences et Fictions et Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 12-03-2017


Commentaires