samedi 2 septembre 2017

Mexique : Les disques d'or Mayas de Chichen-ltza

Mexique : Les disques d'or Mayas de Chichen-ltza


Cenotechichen itza6 mini

Présents dans le pays maya de la péninsule du Yucatan, au Mexique, existent des milliers de puits appelés cénotes, qui sont des effondrements karstiques de calcaires et/ou roches volcaniques. Les Mayas utilisaient certains des puits uniquement comme sources d'eau, mais d'autres étaient considérés comme sacrés, les raisons de ces distinctions étant encore obscures.

Le plus connu des cénotes sacrés mayas est le puits de Chichen-ltza, qui est également une grande ville dont le nom signifie "l'embouchure du puits de l'Itza". Le cénote de Chichen-ltza, un «lieu de sacrifices» dans lequel des êtres humains et des objets de toutes sortes ont été jetés en tant qu'offrandes à Chac, dieu de la pluie et de l'eau, a d'abord été exploré par Edward H. Thompson, un consul américain, entre 1904 et 1907, lors de la première exploration sous-marine effectuée.

Le bord du puits est à 27 mètres au-dessus de l'eau, il a de 16 à 18 mètres de profondeur, sous lequel se trouvent environ 10 mètres de limon et de boue. Avec un diamètre d'environ 60 mètres et des murs inclinés vers l'intérieur, le puits est difficile à descendre.

La plupart des objets récupérés par Edward Thompson sont allés au Peabody Museum of Archaeology and Ethnologie de l'Université de Harvard, Etats-Unis. Certains des artefacts, remontés à la surface, indiquent que les Mayas ont collaboré avec des tribus aztèques au nord et à l'ouest de la vallée du Mexique, et aussi loin qu'avec des indiens du sud-est de la Colombie, du Costa Rica et du Panama.

Cenotechichen itza5

ci-dessus, ce pendentif en or du puits de Chichen-ltza mexicain symbolise un Dieu-oiseau jouant de la flute. Un nez saillant couvre toute la largeur du visage et des rangées de spirales qui flanquent sont supposés représenter des ailes, alors que des spirales inversées représentent des yeux divins. Le style suggère le travail des métallurgistes indiens Quimbaya en Colombie où le pendentif a probablement été fait. (suppositions des archéologues). Photos and drawings from the book 'Chichen-ltza and Its Cenote of Sacrifice", by Alfred M. Tozzer, Peabody Museum, Harvard University, U.S.A.


Les objets trouvés incluent des figures symboliques sculptées en jade (maintenant préservées au musée Peabody, qui a peut-être la plus grande collection de jade maya du monde), des sculptures en pierre, des disques d'or et de cuivre, des squelettes, des fléchettes et des lance-fléchettes, des têtes de flèches, des lances faites de silex et d'autres sortes de pierres, des morceaux de vieux tissus et des cloches, des pendentifs et d'autres objets moulés, gravés ou battus en or.



Cenotechichen itza11

L'un des objets en jade gravé découverts



Beaucoup d'objets supposément en or étaient  en alliage de faible teneur, contenant plus de cuivre que d'or, et la plupart des objets en jade ou en or ont été découverts en fragments. Ils avaient apparemment été délibérément brisés, mais de telle manière que les têtes et les traits étaient laissés intacts. Croyant qu'ils possédaient la vie, ils ont été « tués » en étant brisés avant d'être jetés dans le puits comme des offrandes. Les écrits de Thompson indiquent qu'il n'a pas récupéré plus d'un dixième du contenu du puits à son époque.



Cenotechichen itza4

Dix disques d'or décorés, récupérés du puits sacré de Chichen-ltza, au Mexique, montrent des incidents survenus lors de la lutte entre les Mayas du Yucatan et les envahisseurs Toltec venant de Tula. Les disques ont été brisés pour la plupart en petits fragments (ci-dessus) avant d'être jetés dans le puits et un seul a été récupéré intact.

D'environ dix pouces de diamètre (25,4 centimètres), les disques avaient un motif de bordure d'une largeur d'un pouce (2,4 cm) entourant une décoration centrale qui était généralement divisée horizontalement en trois segments, avec la scène d'action représentée au milieu, une divinité du ciel au-dessus et un démon de la terre en-dessous.



Cenotechichen itza6

Ce disque est inhabituel car il n'a pas de démon terrestre en bas. Selon l'interprétation des archéologues, la divinité du ciel est représentée avec des bras tendus contre un fond représentant un dragon à deux têtes avec des mâchoires larges et des langues en saillie et enroulées. Une autre comparaison avec les textes bibliques ou même hindoux serait la représentation de "nuées" divines ou de "vimanas"... Au-dessus de la droite, des guerriers mayas tentent de s'échapper sur des sortes de radeaux assez sophistiqués ou de nager pour s'éloigner de leurs poursuivants Tula-Toltec, qui sont dans le canot vu à droite...



Cenotechichen itza8

Cenotechichen itza9

Cenotechichen itza10



Cenotechichen itza7



Ci-dessus, des dessins agrandis de deux divinités du ciel. Ils contiennent toujours un élément reptilien avec habituellement un personnage humanoïde maintenu dans les "anneaux serpentins" ou sortant de la bouche du "serpent" ou du "dragon". Tous comme les indiens ont figuré des chevaux fantastiques en voyant les premières locomotives au 19ème siècle aux USA, on peut s'interroger sur les réelles apparences de ces apparitions célestes et leur interprétation par des archéologues soumis à leurs propres croyances scientifiques de leur époque...



Environ un demi-siècle plus tard, en 1954, le Club d'exploration et de sports nautiques du Mexique a envoyé une équipe de plongée sous-marine à Chichen-ltza pour continuer le travail commencé par Edward Thompson. Mais il a vite été décidé que les opérations de récupération étaient impossibles avec les équipements de plongée seuls, en raison de la mauvaise visibilité et des difficultés d'éclairage artificiel.

Une deuxième tentative a été faite par le club en 1960-61 sous la direction de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire du Mexique et avec la coopération de la National Geographic Society, des États-Unis. De nombreux artefacts ont été récupérés, mais après quatre mois, les opérations ont encore été suspendues.



Cenotechichen itza1

Dans l'ombre, les profondeurs mystérieuses du puits sacré de Chichen-ltza, au Mexique, (ci-dessus) les plongeurs ont retrouvé un ensemble unique d'artefacts qui a donné une vue d'ensemble de la vie esthétique des Mayas.



En 1967, les explorateurs sous-marins mexicains avec des archéologues de l'Institut national ont repris leurs travaux au puits, cette fois avec un groupe d'Américains. L'idée était de pomper puis de sécher ou d'obtenir de l'eau chimiquement pure et limpide. Le pompage a pu descendre le niveau d'eau d'environ 5 mètres, mais pas plus loin. L'autre alternative a ensuite été essayée. Le pompage a été arrêté et l'eau a été autorisée à revenir à son niveau d'origine (il n'était pas possible avec l'équipement possédé de pomper et de filtrer en même temps).

Une analyse de l'eau a montré que c'était pire que dans un égout de New York. Néanmoins, lorsque le traitement chimique a été fini et que l'eau a été filtrée, il était possible de voir clairement sur plus de cinq mètres et l'eau était potable. Les travaux ont été repris avec des aspirateurs modifiés qui pouvaient, dans une certaine mesure, contrôler la force de l'eau jusqu'aux tables de visualisation. La boue a été soulevée en couches, et tous les objets plus gros qu'un bouton ont été enlevés par les plongeurs. Le travail a duré deux mois et demi.



Cenotechichen itza2

À droite, une vaste avenue pavée menait du puits au temple principal de la pyramide de la ville. Au-dessus, au premier plan, le mur sculpté du temple pyramidal principal avec vue sur Le "Temple des Guerriers".



Tous les types d'artefacts ont été récupérés: deux tabourets de bois magnifiquement sculptés, plusieurs godets en bois, une centaine de pots et vases de différentes tailles, dessins et périodes, des tissus, des articles en or, des bagues, des cloches, des objets en jade, en cristal de roche, du copal (l'encens), du caoutchouc, de corail, de l'os, des perles, de la corne, de l'ambre, du cuivre, du quartz, de la pyrite et de l'onix, des os humains et d'animaux, des pierres de meulage, cinq jaguars de pierre et deux serpents en pierre.

L'expédition a montré qu'il était possible de nettoyer et de purifier l'eau, et qu'un aspirateur proprement manipulé et contrôlé peut être utilisé pour creuser des sites sous-marins dans un cenote. Lorsque l'aspirateur perturbe la boue, enlevant la visibilité, elle peut être soulevée d'environ 20 à 30 cm. Et on peut retirer très vite toute la boue et les particules en suspension, ce qui permet de voir à nouveau en peu de temps...



Cenotechichen itza3

Dessin de Tatiana Proskounakoff for Peabody Museum, Université de Harvard, États-Unis



Une étude préliminaire sur les os humains trouvés a révélé qu'il y avait beaucoup plus de sacrifices d'enfants que d'adultes, un ratio de plus de 50 pour cent d'enfants par rapport à tous les autres ossements. (On peut aussi s'interroger entre la réalité de l'élongation des crânes des enfants mayas dès leur naissance (et donc la perte de nombreux enfants de part cette pratique risquée et prouvée) et celle de ces sacrifices supposés d'enfants, qui ne pourraient être en fait qu'une façon de se débarrasser des corps des enfants morts suite à ces élongations "loupées" de crânes...).

D'autres puits mayas sacrés ont également cédé leurs trésors. De 1956 à 1965, E. Willys Andrews, directrice de la National Geographic Society, programme de recherche de l'Université de Tulane à Dzibilchaltun, près de Chichen-ltza, a exploré le cenote Zlacah de 55 mètres de profondeur avec l'aide de plongeurs du Club de l'exploration et du sport nautique du Mexique. Au cours des trois premières saisons de travail, des centaines d'artefacts ont été trouvés, y compris un nombre surprenant de poteries. La plupart des petits objets d'une sculpture exquise étaient apparemment jetés comme des offres de culte.

Photos and drawings from the book 'Chichen-ltza and Its Cenote of Sacrifice", by Alfred M. Tozzer, Peabody Museum, Harvard University, U.S.A.

Extraits de "The Sacred Wells of Chichen-ltza and other Freshwater Sites In Mexico" de l'explorateur Pablo Bush Romero, from Unesco's book 'Underwater Archaeology" (1972).



En savoir plus : 



Plan chichen itza









Yves Herbo et traductions, Sciences et Faits et Histoireshttp://herboyves.blogspot.com/, 01-09-2017








Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Ne pas hésiter à commenter, donner votre avis, faire part de votre propre expérience...